Pièce n° 0114

Sur la doctrine de Marx

Il s'agit d'une tentative de caractérisation de la doctrine de Marx. Le texte commence par thématiser la difficulté d'une telle caractérisation :

« Il est difficile de caractériser la doctrine de Marx. On ne peut la nommer « philosophie » : le nom serait contesté par Marx lui-même qui a déclaré vouloir dépasser toute philosophie en la réalisant. On ne peut la nommer « idéologie » : l'expression serait encore récusée par Marx qui a appelé « idéologie », entre autres choses, la fausse conscience qui substitue au réel un fantasme utile. On ne peut la nommer « vision du monde », puisqu'elle contient, ou prétend contenir, des éléments de connaissance objective. Il est impossible enfin de la nommer « science » puisqu'elle comporte des moments généralisateurs et des principes méthodologiques dont la validité se situe à un autre niveau que celui des lois exprimant la connexion nécessaire des phénoménes naturels et sociaux. Et si l'on ajoute qu'en raison de certains avatars de l'Histoire, on ne saurait simplement la nommer « Marxisme », la situation de l'interprète paraitra sans espoir ».

Le texte se déploie autour de cet embarras et se termine par une esquisse de réponse :

« Ces brèves remarques suggèrent une conclusion. Nous ne savions en commençant comment nommer la doctrine de Marx. Nous vérifions maintenant combien cet embarras était justifié. « Pensée théorique du mouvement de la pratique sociale en chemin vers la résolution de ses contradictions », telle nous semble l'expression qui caractérise le projet de Marx. Et si nous ajoutons « détermination des moyens et des stratégies capables de conduire ce mouvement à bonne fin », alors notre expression sera complète. Il nous faut dire alors que la « doctrine » contenait en elle la source de son progrès. Son moment essentiel est la conceptualisation de la pratique. Il est donc de son essence de ne pas demeurer immuable, mais de se transformer elle-même à mesure que se transforment les champs pratiques et que se diversifient les structures sociales dans lesquelles elle doit s'investir. Le risque existait aussi, pour elle, de se figer un moment en un dogme spéculatif et de paraître comme une clef universelle capable d'ouvrir n'importe quelle porte. Mais l'histoire de ces mutations ne concerne plus seulement Marx. »